De 2010 à 2017 le Finistère et la Manche sont  parmi les premiers départements en termes d’infractions liées à la pêche et la chasse.

Nombre mensuel moyen de crimes et délits liés à la chasse et à la pêche de 2010 à 2017 pour 100 000 habitants

En 2017 dans le Finistère, les agents de la Gendarmerie Nationale et de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage ont relevé 322 infractions. Une hausse de 13% par rapport aux chiffres de 2016. Cette tendance se confirme en 2018 : les infractions des six premiers mois de l’année sont actuellement en hausse de 7% par rapport à la même période l’an passé.

Pour la Bretagne et la Normandie qui représent respectivement 92 000 et 32 000 tonnes de pêche fraîche et congelée en 2017 et un emploi cumulé de 7 100 personnes, on peut comprendre que les infractions liées à la pêche soient parmi les plus hautes de France.

Pour nos amis chasseurs en revanche, les raisons de ce taux au-dessus de la moyenne nationale s’expliquent peut être simplement par les lois de la macroéconomie. L’ONCFS fournit une cartographie dynamique permettant de suivre les populations animales en France. Et comme en témoigne le graphique ci-dessous, l’offre d’animaux sur les six départements est fortement limitée. Pour atteindre leur objectif : voir et prélever du gibier, les individus peuvent être amenés à modifier leur comportement et leur méthode de chasse en adoptant de nouvelles pratiques peut-être non conformes avec la loi actuelle !

Capture d’écran de carmen.carmencarto.fr : vue de la répartition du cerf élaphe en France

Retrouvez ces données sous forme d’un tableau interactif dans la rubrique visualisations du blog.

Pour en connaitre davantage sur les filières pêche et aquaculture en France, consultez les cliffres clés de FranceAgriMer.